Procédures de régulation des allocations GENCI

Afin de tendre vers une utilisation la plus régulière possible des ressources de calcul, GENCI et les trois centres de calcul nationaux (CINES, IDRIS et TGCC) ont mis en place des dispositions de régularisation des allocations pour les projets qui sont en sous-consommation. Les heures récupérées sont redistribuées à d'autres projets.

Deux types de procédures ont été mises en place en fonction du volume d'heures allouées aux projets :

Projets dont l’allocation est < 5M d'heures sur Turing ou < 1M d'heures sur Ada - Régulation de mi-parcours

Les modalités suivantes sont prévues :

  • les projets qui n’auront pas utilisé plus de 30 % de leur allocation sur les 5 premiers mois de l’allocation pourront se voir appliquer une modalité d'ajustement allant jusqu'à une reprise d'heures de 40 % du total d'heures attribuées. Un message d'alerte sera envoyé au début du 5e mois aux porteurs de projets ayant sous-consommé. Les porteurs de projets fournissant une justification argumentée pour expliquer la sous-consommation pourront se voir exonérés de l'application des modalités d'ajustement. Cette justification sera à déposer sur le portail eDARI avant la fin du 5e mois, selon des modalités communiquées dans le message d’alerte ;
  • les porteurs de projets qui, avant la fin du mois de novembre 2017, auront indiqué leur intention de n’utiliser leur allocation qu’à partir de la seconde moitié de la période, pourront se voir exonérés de ces dispositions avec l’accord préalable de GENCI. La demande, qui doit rester exceptionnelle, est à effectuer auprès du directeur du centre de calcul concerné et sera expertisée sur sa faisabilité technique ;
  • les modalités d’application de ces ajustements de sous-consommation sont revues tous les ans.

Projets dont l'allocation est ≥ à 5M d'heures pour Turing ou ≥ 1M d'heures pour Ada - Régulation mensuelle

Ces projets sont incités à consommer régulièrement leurs heures par une régulation automatique mensuelle mise en place sur ces calculateurs. Cette régulation fonctionne de la manière suivante :

Un bilan de la consommation des projets est fait tous les mois. Les responsables de projets sont alors avertis en cas de consommation inférieure à la consommation théorique mensuelle attendue du projet. Cela leur permet de réagir rapidement.

Si la consommation du projet accuse un “retard” (écart entre la consommation actuelle du projet et sa consommation théorique sur la période depuis l'attribution) de plus de 60 jours par rapport à la consommation théorique mensuelle, alors, le 15 du mois à partir du 3e mois de l’allocation, un nombre d’heures correspondant à sa consommation théorique mensuelle sera repris au projet;

Pour déterminer si un projet est en sous-consommation, on procède de la façon suivante :

On détermine d'abord la consommation théorique que le projet devait avoir atteint depuis le début de la période d'allocation :

  • Consommation théorique = (allocation / nb_jours_periode_allocation) * nb_jours_courants_de_la_periode

avec :

  • Allocation = allocation du projet obtenue lors d'une session DARI, en tenant compte des ajouts et/ou des reprises d'heures ;
  • Nb_jours_periode_allocation = nombre de jours de la période d'allocation;
  • Nb_jours_courants_de_la_periode = nombre de jours depuis le début de la période d'allocation, sans prendre en compte le jour courant (ex.: pour une allocation commençant le 1er mai 2017, le 15/08/2017 → 106 jours),

On calcule ensuite le retard de consommation du projet qui est la différence entre sa consommation théorique et sa consommation réelle : ce retard peut être une valeur positive (avance) ou négative (retard).

On établit ensuite l'allocation théorique mensuelle moyenne en divisant l'allocation par le nombre de mois de vie du projet.

On calcule le ratio : retard de consommation / allocation théorique mensuelle moyenne .

  • S'il est inférieur à 1 (ou 30 jours), le projet n'est pas en retard ;
  • s'il se trouve entre 1 et 2 (entre 30 et 60 jours), le projet est en retard, mais il ne recevra qu'une notification de sous-consommation ;
  • s'il est supérieur à 2 (60 jours), le projet est très en retard et sera pénalisé d'un mois de consommation théorique.