Babel : Modalités d'accès et types de comptes

Ce document porte sur les modalités d'accès et d'exploitation de Babel, le système Blue Gene/P de l'IDRIS. Compte tenu de la nature très prospective et incitative de cette architecture, l'IDRIS a mis en place des modalités d'exploitation particulières. Le service de Support aux Utilisateurs suit de manière personnalisée la totalité des codes tournant sur Babel.

Types de comptes

Afin de faciliter les migrations des codes existants et le développement des nouvelles applications, deux types de comptes utilisateurs sont mis en place :

Babel : Modalités d'accès et types de comptes

Les comptes de développement

Ces comptes sont ouverts à toute équipe de recherche habilitée à accéder aux centres nationaux de calcul qui en fait la demande. Une allocation de 8 UA (1 UA = 1 Unité d'Allocation = 4096 h) est immédiatement mise à la disposition sans évaluation scientifique préalable. Seule une courte description de la thématique scientifique et des précisions informatiques sur la nature des codes sont demandées.

Initialement, un compte de développement est limité à un rack (i.e. 4096 coeurs). Toutefois, sur demande justifiée et suivant les caractéristiques et les performances des codes, des UA supplémentaires (8 UA au maximum) pourront être allouées et la limite du nombre de racks accessibles pourra être augmentée. Ces demandes d'extensions doivent se faire sur le service extranet de l'IDRIS. L'allocation totale pour un projet en développement ne pourra jamais dépasser 16 UA.

Les comptes de développement sont ouverts pour une durée de 1 an.

Pendant la période de développement ou migration, les utilisateurs seront en contact avec l'assistance de l'IDRIS et des échanges afférents à l'évolution ou l'amélioration des codes auront lieu. Ces informations seront utilisées lors du passage d'un compte de développement en un compte de production.

La demande d'ouverture de comptes de développement se fait via l'interface ebabel.

Babel : Modalités d'accès et types de comptes

Les comptes de production

Les comptes de production sont les comptes normaux de l'IDRIS. Pour ces comptes, les demandes d'heures se font comme pour les autres machines de calcul via l'interface eDARI.

Par contre, au contraire des autres machines de l'IDRIS, il n'est possible d'obtenir un compte en production que si l'adéquation de l'application (performance et extensibilité des codes) à la machine Babel a été validée par l'IDRIS, qui déterminera le nombre maximum de racks sur lesquels un projet donné peut tourner.

Toute demande de passage en production doit être assortie d'un certain nombre d'informations concernant les performances de l'application utilisée. Une description détaillée de celles-ci est donnée dans le document Passage d'un compte de développement en compte de production.

Pour les projets qui sont déjà adaptés au parallélisme massif, le passage en production pourra être très rapide.

Demandes d'heures

Les deux types de compte peuvent obtenir une allocation d'heures mais leurs modalités sont différentes.

Lors de la demande d'ouverture de comptes de développement, une allocation de 8 UA (soit 32.768 h) est automatiquement fournie. Il est possible de demander des allocations complémentaires pendant la durée d'existence de ces comptes pour un maximum de 8 UA pour les allonges.

Pour les comptes de production, les demandes d'heures se font comme pour les autres machines de calcul via l'interface eDARI. Il y a deux campagnes d'attributions chaque année.

Il est toujours possible de demander des heures sur Babel sans être déjà en mode production (ou même en développement), mais dans ce cas, si des heures sont allouées, elles ne seront pas utilisables tant que le passage en production du projet n'aura pas été validé.

Attention : cela implique qu'un projet ayant obtenu des heures via l'eDARI ne pourra les utiliser que si le passage en production a été validé par l'IDRIS.

Modalités d'exploitation pour les projets en production

Seuls les codes possédant un niveau de parallélisme suffisant (supérieur à 128 noeuds de calcul, soit 512 coeurs) seront exécutés sur Babel. Les codes à parallélisme plus limité devront s'exécuter sur la plate-forme généraliste Vargas (Power6).

Tout projet se voit affecter une limite sur le nombre maximum de racks accessibles lors d'une exécution. Cette limite est déterminée par l'IDRIS lors de l'évaluation de la demande de passage en mode production. Elle peut être réévaluée en cas d'évolution du projet.

L'IDRIS suit la performance des codes qui tournent en production. Mais, en principe, chaque projet ne peut exécuter que le code validé par l'assistance. Babel n'est pas un serveur généraliste de calcul.

Communication externe

Les allocations sur Babel entraînent un engagement des utilisateurs à communiquer sur le contenu et les résultats des projets. L'IDRIS a dédié une page de son serveur web à chaque projet Blue Gene/P (section Babel, retours d'expérience).

Lors du passage en production, les utilisateurs devront fournir une courte synthèse des objectifs scientifiques et des caractéristiques du code.

A la fin du projet, cette page devra être complétée par une courte synthèse des résultats obtenus.

Pour des projets relativement pérennes dont les allocations se succèdent au fil de temps, cette page web devra être maintenue à jour.